La machine de rêve

 

 Sur la Lune, une petite fille qui s’appelait Alice rêvait de devenir inventrice. Elle avait 10 ans. Elle se réveilla un beau jour pour aller à l’école. Elle prit une voiture volante. Cette voiture pouvait s’agrandir pour contenir 18 places. À l’intérieur, on pouvait s’allonger comme dans un lit.

 

Puis, Alice arriva à l’école. L’école était de forme arrondie. Elle pouvait tourner dans tous les sens. Les gens ne s’en apercevaient même pas. Cela servait à augmenter la gravité ressentie sur la Lune. Sans ça, Alice aurait eu du mal à jouer à la marelle.

 

Alice travaillait avec des tables et des tablettes volantes. Pendant la récréation, elle volait sur son skate. L’herbe était remplacée par des blocs lumineux. C’était vraiment joli quand on marchait dessus. Elle était très contente.

 

Alice rentra à la maison. Elle voulut inventer une machine à rêve. Ça lui prit un jour et une heure. La machine pouvait devenir invisible ou changer de couleur en appuyant sur un bouton. Puis elle se choisit un super rêve. Celui d’avoir un chien qui volait grâce à un super vêtement qu’elle avait inventé. Elle le ferait pendant la nuit.

 

Le lendemain, c’était le week-end. Alice trouva que le Soleil était bleu. Elle se rappela qu’hier des gens avaient mis un filtre pour que les rayons solaires soient moins dangereux. Elle alla dans la salle de bains pour se laver les dents, mais sa brosse à dents volait. Elle n’arrivait pas à l’attraper. Sa brosse à dents lui faisait une blague. Elle était maligne. Alice était énervée. Très énervée. Elle sortit le dire à ses parents. Alors ses parents la suivirent jusqu’à la salle de bains et réussirent à l’attraper. Donc elle se lava les dents.

 

Alice demanda ensuite à ses parents si elle pouvait inviter ses copines à aller dans sa piscine invisible pour s’amuser. On ne pouvait pas la voir. Il fallait utiliser une télécommande pour ça. Ce n’était qu’une fois les pieds dans l’eau qu’on en était sûr. Ses parents étaient d’accord. Ils téléphonèrent aux parents de ses copines. Les copines d’Alice arrivèrent 25 minutes après. Elles s’amusèrent beaucoup dans l’eau. Elles rentrèrent à la maison et mangèrent des cookies. Ils étaient délicieux. Ils étaient d’abord tout mous et durcissaient ensuite une fois dans la bouche.

 

Deux jours plus tard, les parents d’Alice voulurent lui parler. Ils voulaient voyager sur la planète Terre pour rencontrer des gens et découvrir de nouvelles choses. Alice était très contente. Elle prépara sa valise pour aller dans l’avion. C’était une petite valise. Dès qu’on mettait des choses dedans, elle grandissait.

 

Le lendemain, elle arriva sur la planète Terre. Alice était impressionnée par la pollution. Il y avait beaucoup trop de pollution sur terre. Il y avait du plastique qui volait dans l’air et plein de déchets par terre. Dans les mers, il y avait plein de pétroles. On devait même mettre des masques pour respirer.

 

Alice décida donc de fabriquer une machine pour arrêter la pollution. Elle utilisa du métal et du plastique qu’elle avait trouvé. Elle l’inventa en deux jours et demi. Elle était très fatiguée. Elle essaya la machine qui fonctionnait. Et elle dormit.

 

Le lendemain, Alice rencontra une fille qui s’appelait Violette. Violette n’était pas du tout comme elle. Elle décida de rester quelques jours avec elle.

 

Violette vivait sur la Terre depuis qu’elle était née. Alice trouva Violette bizarre parce qu’elle avait des vêtements différents. Alice avait des chaussures lasers et une veste invisible alors que Violette avait juste des vêtements normaux. Alice expliqua à Violette qu’elle avait un sac pouvant se transformer en table à manger. Violette était un peu jalouse. Toutes leurs affaires étaient différentes.

 

Malgré ça, elles devinrent amies. Violette apprit à Alice les jeux de son pays. Alice avait des jeux différents comme faire de la gym dans le vide avec les mains à l’envers. Impossible à faire sur Terre. Elles mangèrent différentes choses. Alice mangea des pâtes colorées dont la forme passait de la licorne au chien.

 

Mais un jour, Alice devait rentrer chez elle, loin de la ville. Elles étaient tristes de se quitter. Alice pleura des larmes de couleur. Elle offrit son invention à Violette en espérant qu’elle arrêterait la pollution sur Terre.

 

Puis, elles se sont retrouvées cinq jours plus tard. Alice devait repartir assez vite, mais elle a promis à Violette qu'elle reviendrait. Elles se reverraient.

 

 

 

Enea